La notion de valeur fondamentale est-elle indispensable à la théorie financière ?

Résumé : La théorie financière classique repose sur l'hypothèse d'objectivité des valeurs financières : chaque titre a à tout moment une " vraie " valeur, ou " valeur fondamentale ", qui correspond à l'anticipation des revenus que rapportera l'actif. Le marché est dans cette vision le lieu de la formation de prix correspondant à cette " vraie " valeur. L'approche hétérodoxe de la finance conventionnaliste rejette cette vision en poussant à ses conclusions logiques l'idée qu'on ne peut avoir raison contre le marché : l'essentiel n'est pas d'anticiper ce que vaut " réellement " un titre, mais ce que les autres pensent qu'il vaut. Keynes utilisait à propos des marchés financiers la métaphore du " concours de beauté " ; ici ils deviennent des " machines cognitives complexes qui [...] ont pour finalité de produire une estimation de référence, collectivement admise, ce qu'on appellera une convention ". Convention qui peut être proche de la " valeur fondamentale ", ou entièrement différente.
Type de document :
Article dans une revue
Regards croisés sur l'économie, La découverte, 2008, 3 (3), pp.120-128. 〈10.3917/rce.003.0120〉
Liste complète des métadonnées

https://hal-pjse.archives-ouvertes.fr/halshs-00754665
Contributeur : Caroline Bauer <>
Soumis le : mardi 20 novembre 2012 - 09:59:26
Dernière modification le : mardi 24 avril 2018 - 17:20:09

Identifiants

Collections

Citation

André Orléan. La notion de valeur fondamentale est-elle indispensable à la théorie financière ?. Regards croisés sur l'économie, La découverte, 2008, 3 (3), pp.120-128. 〈10.3917/rce.003.0120〉. 〈halshs-00754665〉

Partager

Métriques

Consultations de la notice

162