Pauvreté et mortalité différentielle chez les personnes âgées

Résumé : Cette note a pour objectif d'illustrer, dans le cas de la Belgique et de ses régions, un problème particulier posé par la mesure de la pauvreté. Étant donné que la mortalité varie selon le niveau de revenu - les personnes aux revenus plus élevés vivant plus longtemps, en moyenne, que les personnes aux revenus plus faibles -, les taux de pauvreté calculés pour les classes âgées dépendent non seulement de ce que l'on pourrait appeler la vraie pauvreté, mais aussi de la sélection induite par la mortalité différentielle selon le revenu. En calculant les taux de pauvreté que l'on observerait si des personnes avec différents niveaux de revenus avaient toutes la même espérance de vie, on peut ainsi estimer la vraie pauvreté, en neutralisant les interférences dues à la mortalité différentielle. Cet ajustement des mesures de pauvreté est particulièrement intéressant pour la Belgique, où les écarts de longévité entre Flamands et Francophones et entre riches et moins riches sont importants.
Type de document :
Article dans une revue
Reflets et Perspectives de la vie économique, De Boeck Université, 2011, 50 (4), pp.45-54. 〈10.3917/rpve.504.0045〉
Liste complète des métadonnées

https://hal-pjse.archives-ouvertes.fr/halshs-00754698
Contributeur : Caroline Bauer <>
Soumis le : mardi 20 novembre 2012 - 10:00:13
Dernière modification le : mardi 24 avril 2018 - 17:20:14

Lien texte intégral

Identifiants

Collections

Citation

Mathieu  Lefebvre, Pierre Pestieau, Grégory Ponthière. Pauvreté et mortalité différentielle chez les personnes âgées. Reflets et Perspectives de la vie économique, De Boeck Université, 2011, 50 (4), pp.45-54. 〈10.3917/rpve.504.0045〉. 〈halshs-00754698〉

Partager

Métriques

Consultations de la notice

486