La taxation nutritionnelle comme outil de santé publique: justifications et effets attendus

Résumé : Cet article discute la littérature économique sur les politiques de taxation nutritionnelle. Il présente notamment les résultats empiriques relatifs à la taxation des boissons sucrées. L'analyse historique montre clairement les liens existants entre les évolutions des prix alimentaires et celles de la qualité du régime alimentaire moyen. La création d'une taxe nutritionnelle peut alors être motivée par le souci de protéger le consommateur, ou par la volonté de minimiser les coûts médicaux des excès alimentaires. En pratique, les consommateurs peuvent aisément opérer des substitutions entre aliments, et les firmes peuvent modifier le prix et la qualité de leurs produits. Ces réactions adaptatives sont susceptibles de neutraliser l'effet espéré d'une taxe, quel que soit son design : l'effet comportemental et l'impact sur la santé publique seront faibles, du moins à des niveaux conventionnels de taxation (entre 5 et 20 %). En revanche, la taxation reste un moyen de lever des recettes fiscales, qui doivent impérativement être affectées de manière équitable à des programmes de promotion de la santé nutritionnelle pour espérer susciter l'adhésion de la population.
Type de document :
Article dans une revue
Cahiers de Nutrition et de Diététique, Elsevier Masson, 2012, 47 (1), pp.25-34. 〈10.1016/j.cnd.2011.12.002〉
Liste complète des métadonnées

https://hal-pjse.archives-ouvertes.fr/halshs-00754710
Contributeur : Caroline Bauer <>
Soumis le : mardi 20 novembre 2012 - 10:01:30
Dernière modification le : mercredi 25 juillet 2018 - 01:24:55

Identifiants

Collections

Citation

Fabrice Etilé. La taxation nutritionnelle comme outil de santé publique: justifications et effets attendus. Cahiers de Nutrition et de Diététique, Elsevier Masson, 2012, 47 (1), pp.25-34. 〈10.1016/j.cnd.2011.12.002〉. 〈halshs-00754710〉

Partager

Métriques

Consultations de la notice

321