La société de défiance : comment le modèle social français s'auto-détruit

Résumé : La France est engagée dans un cercle vicieux dont les coûts économiques et sociaux sont considérables. Depuis plus de vingt ans, des enquêtes menées dans tous les pays développés révèlent qu'ici plus qu'ailleurs, on se méfi e de ses concitoyens, des pouvoirs publics et du marché. Cette défiance allant de pair avec un incivisme plus fréquent... Or la défiance et l'incivisme, loin d'être des traits culturels immuables, sont alimentés par le corporatisme et l'étatisme du modèle social français. En retour, le manque de confiance des Français entrave leurs capacités de coopération, ce qui conduit l'État à tout réglementer et à vider de son contenu le dialogue social. En comparant les relations entre les performances économiques et les attitudes sociales dans une trentaine de pays du début des années 1950 à nos jours, Yann Algan et Pierre Cahuc montrent comment ce déficit de confiance réduit significativement l'emploi, la croissance et, surtout, l'aptitude des Français au bonheur.et analyse du droit à l'École normale supérieure. (présentation éditeur)
Type de document :
Ouvrage (y compris édition critique et traduction)
Editions rue d'Ulm, 99 p., 2007, CEPREMAP
Liste complète des métadonnées

https://hal-pjse.archives-ouvertes.fr/halshs-00754862
Contributeur : Caroline Bauer <>
Soumis le : mardi 20 novembre 2012 - 10:01:54
Dernière modification le : jeudi 10 mai 2018 - 01:36:37

Identifiants

  • HAL Id : halshs-00754862, version 1

Collections

Citation

Yann Algan, Pierre Cahuc. La société de défiance : comment le modèle social français s'auto-détruit. Editions rue d'Ulm, 99 p., 2007, CEPREMAP. 〈halshs-00754862〉

Partager

Métriques

Consultations de la notice

380